CHLEF


2016 ʡʡǡѡݡ
 
  . .
<>
2017

 | 
 

 Menouar SAÏAH (1905 - 1982)

         
kasa28dz
Admin
avatar

: 1400
: 4928
: 07/03/2008

: Menouar SAÏAH (1905 - 1982)    11, 2011 11:30 am





Informations gnrales

M. Menouar SAÏAH



N le 17/08/1905 BÉNI-RACHED (ALGÉRIE)



Dcd le 20/02/1982 NICE (ALPES-MARITIMES - FRANCE)

Mandats l'Assemble nationale ou la Chambre des dputs
17/06/1951 - 01/12/1955 : Anciens dpartements d'Algrie - Rpublicain radical et radical-socialiste
Mandats au Snat ou la Chambre des pairs
Snateur : de 01/01/1948 01/01/1951
BIOGRAPHIE
Biographie de la IVe Rpublique

SAÏAH (Menouar)
N le 17 aot 1905 Beni Rached (Algrie)
Dcd le 20 fvrier 1982 Nice (Alpes-Maritimes)

Conseiller de la Rpublique dAlger de 1948 1951
Dput dAlger de 1951 1955

Menouar
Saah est n au dbut du XXme sicle dans le douar de Beni Rached,
dans la commune mixte du Chlif louest dAlger, dans une famille de
notables dorigine chrifienne. Issu dune ligne de juristes et de
propritaires fonciers dans cette rgion montagneuse vocation
essentiellement agricole, il est lui-mme la tte dun domaine. Il
sintresse tt la politique, limage de son oncle Abdelkader Saah
lu snateur dAlger en 1946, et entre au parti radical. Il est lu au
lendemain de la Seconde guerre mondiale conseiller gnral de Tns,
dans larrondissement dOrlansville.
Il brigue bientt des
mandats plus importants en Algrie. Le 7 novembre 1948, Menouar Saah
prsente sa candidature aux lections au Conseil de la Rpublique dans
le deuxime collge corps lectoral compos de ceux que lon appelle
alors les citoyens franais musulmans de la ville dAlger. Il
mne la liste des Rpublicains indpendants, et remporte 60% des
suffrages exprims. Elu snateur, il sinscrit au groupe de la Gauche
dmocratique et du rassemblement des gauches rpublicaines. Il est
nomm, le 25 novembre 1948, secrtaire du Conseil de la Rpublique ; sa
nomination ce poste est renouvele chaque anne jusqu la fin de son
mandat. Il appartient, par ailleurs, aux commissions de lagriculture
(1948-1951), du travail et de la scurit sociale (1948), de
lducation nationale, des beaux-arts, des sports, de la jeunesse et
des loisirs (1949) et des moyens de communication, des transports et du
tourisme (1950-1951).
Le snateur algrois prsente sa candidature
aux lections lgislatives de 1951, dans le deuxime collge du
dpartement dAlger. Il mne la liste de concorde et dentente
rpublicaine. Les candidats ne publient pas de programme lectoral.
Leurs appartenances partisanes traduisent la diversit de leurs
affinits politiques, qui les mnent de la SFIO au Centre rpublicain
daction paysanne et sociale, en passant par le parti
radical-socialiste pour Menouar Saah. Les lections se droulent la
reprsentation proportionnelle un tour en Algrie. Le 17 juin 1951,
les candidats remportent 78% des voix et la totalit des cinq siges
pourvoir dans le collge musulman . Les listes concurrentes des
partis nationalistes UDMA (Union dmocratique du manifeste algrien) et
MTLD (Mouvement pour le triomphe des liberts dmocratiques) souffrent
de la corruption massive du scrutin, orchestre par le gouvernement
gnral de lAlgrie. Ladministration soutient certaines listes,
tandis que le vote est entach de fautes graves qui ninvalident
pourtant pas llection.
Mnouar Saah dmissionne de son mandat
de snateur pour gagner les tribunes du Palais-Bourbon. Affili au
groupe rpublicain radical et radical-socialiste, il est nomm membre
de la Commission de lducation nationale en 1951 puis de nouveau de
1953 1955. Il appartient galement la Commission de lIntrieur
(1951 et 1953-1955). Le 18 dcembre 1951, il est en outre nomm membre
de la Commission charge de proposer des mesures de grce amnistiante
en Algrie. En sus du travail quil mne au sein de ses commissions,
son activit parlementaire reste faible. Il nintervient quune seule
fois, en effet, la tribune au cours de son mandat. Il prend part la
discussion du projet de loi relatif aux dpenses du ministre de
lIntrieur le 16 mars 1955, propos de laide apporte aux
populations sinistres du Chlif la suite dun tremblement de terre
au cours duquel il a perdu nombre des siens. Il loue l lan unanime
de gnrosit de la France et de toutes les parties de lUnion
franaise qui ont apport leur secours sa rgion, souhaitant voir
dans ce geste la prfiguration dune uvre grandiose qui sera
ralise en dpit des obstacles, celle de la France de plus de cent
millions dhommes, bordant tous les ocans du monde, unis dans le mme
idal, rgis par les mmes lois, forgeant le mme destin . Il attire
cependant lattention des ses collgues sur la ncessit de prolonger
cette assistance dans la perspective dune uvre de restauration
complte et formule le vu que cette rgion sinistre soit lobjet
dune politique capable de servir dexemple pour lensemble de
lAlgrie : habitat rural modernis, pntration plus profonde des
normes de la vie occidentale et des bienfaits du progrs . Il
interpelle le ministre de lIntrieur : ne pensez-vous pas () quen
ce qui concerne les rgions sinistres, les moyens de financement ne
sont pas lchelle de nos esprances ? Il plaide enfin pour une
aide accrue lAlgrie en gnral, une poque o cette province
traverse des difficults considrables .
Le dput algrois vote en
faveur de la loi Barrang sur lenseignement priv le 21 septembre
1951, puis il sexprime en faveur de la cration de la CECA en dcembre
de la mme anne. Le 9 mars 1954, il se prononce contre le cessez-le
feu en Indochine. Le 17 juin 1954, il vote linvestiture de Pierre
Mends-France la prsidence du Conseil. Puis le 23 juillet de la mme
anne, il vote pour les accords de Genve qui mettent fin au conflit
indochinois. Le 30 aot 1954, il se prononce pour la ratification du
trait de Paris instaurant la CED (Communaut europenne de dfense).
La mme anne, il vote pour la ratification des accords de Londres et
de Paris (12 octobre et 29 dcembre 1954), qui permettent lentre de
la RFA dans lOTAN et sa remilitarisation. Le 12 novembre 1954, il vote
la confiance au gouvernement Mends-France. Le 4 fvrier 1955 en
revanche, il la lui refuse la suite des interpellations sur la
situation en Afrique du Nord et contribue ainsi sa chute. Le 23
fvrier 1955, il exprime sa confiance au gouvernement Edgar Faure.
Enfin, il vote pour linstauration de ltat durgence en Algrie le 31
mars 1955.
Les lections lgislatives du 2 janvier 1956 sont
ajournes en Algrie, en raison des vnements . Le mandat des
dputs de 1951 nest pourtant pas prorog. Menouar Saah abandonne
toute activit politique cette date. En 1963, ses domaines sont
dclars bien vacants par la Rpublique algrienne indpendante. Il
gagne le Sud de la France, avec sa famille, et acquiert de nouveaux
domaines dans le Var. Lancien dput de lAlgrois steint Nice au
dbut des annes 1980.
    
    http://chlef.montadarabi.com
 
Menouar SAÏAH (1905 - 1982)
          
1 1
 
-
»  : " " 1986
» 
» 
» 
»  85 / 59 23/03/85

:
CHLEF ::  -